Les danger des somnifères

Si vous êtes insomniaque, que vous avez des difficultés d’endormissement ou à faire des nuits complètes sans réveil nocturne, cet article est fait pour vous ! 

Martin Beauvois

Si vous êtes insomniaque, que vous avez des difficultés d’endormissement ou à faire des nuits complètes sans réveil nocturne, il est possible que votre médecin finisse par vous prescrire des somnifères pour vous soulager du stress, d'un décalage horaire ou d’autres problèmes qui, par un manque de sommeil, influent sur la qualité de vos journées.

Effectivement, ces pilules peuvent avoir des avantages et vous aider à mieux dormir la nuit.

Selon le dernier bilan disponible de 2015, plus de 46 millions de boites d’hypnotiques ont été vendues en France, nous faisant passer à la deuxième place des pays les plus gros consommateurs de somnifères, derrière l’Espagne.

 Sachez qu’il existe tout de même certains effets secondaires liés aux comprimés qui, à terme, peuvent avoir un impact négatif sur votre santé physique et mentale.

Dépendance physique et mentale ? Quels sont les  nombreuses réactions conséquentes à l'administration de ce médicament ? 

Pour cela, il est important de bien comprendre le fonctionnement des hypnotiques et d'en mesurer les effets secondaires possibles.

 

Effets secondaires des somnifères

Les risques d’effets secondaires varient mais il est possible de présenter un ou plusieurs symptômes indésirables lors de la prise de somnifères.

  • Mal de tête
  • Etourdissement
  • Nausées et vomissements
  • Somnambulisme
  • Hallucinations
  • Somnolence
  • Dépression
  • Perte de mémoire
  • Cauchemars
  • Modification du transit intestinal
  • Douleurs d’estomac
  • Faiblesse
  • Changement d’appétit
  • Sensation de brûlure ou de picotement dans les mains, les bras, les pieds ou les jambes

L’effet secondaire le plus courant dans la prise de somnifères reste la « gueule de bois ». 

80% des consommateurs de somnifères déclarent avoir déjà ressenti certains effets secondaires après l'ingestion de somnifères qui, au lendemain, affectent négativement leur état de conduite au réveil, leur productivité au travail, la qualité de leurs relations sociales ainsi que celle de leur vie en général.

Outre ces désagréments, les somnifères peuvent entraîner plusieurs problèmes de santé ou en aggraver d'autres tels qu’une maladie rénale, une pression artérielle basse, des problèmes de rythme cardiaque et des convulsions.

Peut-on être allergique aux somnifères ?

Oui ! Tous le monde peut avoir une réaction allergique à un médicament. Cela pourrait être lié aux composants du médicament (comme les molécules ou les enrobages).

Une réaction allergique est donc tout à fait possible et doit à tout prix être évitée car conjuguée à une pathologie existante, cela peut s'avérer extrêmement dangereux. Aussi n’hésitez pas à en parler à votre médecin dès les premiers symptômes comme :

  • Vision floue
  • Douleur dans la poitrine
  • Difficulté à respirer ou à avaler
  • Sensation de gorge serrée
  • Urticaire
  • Enrouement
  • Démangeaisons
  • Nausées
  • Accélération du rythme cardiaque
  • Essoufflement
  • Gonflement des yeux, du visage, des lèvres, de la langue ou de la gorge
  • Vomissements 

Risque de dépendance

Selon un article du New York Times, c’est au moment d’arrêter la prise des pilules que les personnes commencent à montrer des signes d’addiction physique et mentale, en ressentant le désir ou l’envie d’en reprendre pour mieux dormir. L’insomnie peut alors réapparaitre si l’arrêt du traitement est brutal. 

Il est donc impératif de diminuer progressivement, sur une période de plusieurs semaines, afin de réduire l’effet d’accoutumance.

Certains patients déclarent avoir développé de l’anxiété, de l’angoisse ou de la peur en pensant ne plus pouvoir s’endormir sans le médicament.

Pour vous aider à arrêter, ayez aussi une bonne hygiène de sommeil. Cela vous aidera à vous soulager du syndrome de sevrage en améliorant la qualité de votre sommeil. 

Qui peut prendre des Somnifères ?

Cette décision doit être réfléchie.

Il faut d'abord impérativement consulter votre médecin généraliste afin d’évaluer les risques et les avantages pour vous. Certaines personnes sont plus à risque que d’autres, comme : 

  •  Les personnes souffrant de problèmes respiratoires tels que l’asthme, l’emphysème ou les maladies pulmonaires obstructives chroniques. Les somnifères peuvent ralentir votre respiration et donc augmenter le risque d’insuffisance respiratoire.
  • Les personnes malades du foie ou des reins. Les somnifères peuvent affecter le métabolisme de votre corps. Une insuffisance hépatique ou rénale augmente les troubles liés à l'élimination des toxines contenues dans le sang. 
  • Les femmes enceintes ou allaitantes. Comme beaucoup de médicaments, les somnifères sont déconseillés aux femmes enceintes ou allaitantes. Certains somnifères sont associés à la dépression, aux troubles de la mémoire et à une perte de coordination motrice. Les femmes enceintes ou allaitantes sont donc plus en danger face à ces effets secondaires.
  • Les personnes âgées. Des études indiquent que les personnes âgées ressentent plus les effets secondaires des somnifères, entraînant davantage de troubles diurnes et de somnolence, en particulier des vertiges, de la confusion, des troubles de l’équilibre. 
  • Les personnes avec d’autres prescriptions médicales. Si vous achetez des médicaments sans ordonnance, en plus de vos médicaments prescrits par votre médecin traitant, ceux-ci peuvent interagir négativement avec des somnifères. Vous augmentez donc le risque de subir des effets secondaires. Si vous prenez déjà des médicaments et souhaitez quand même prendre des somnifères, parlez en à votre médecin.

Les questions à poser à votre médecin

Si vous avez des troubles du sommeil et décidez de prendre des somnifères, consultez d'abord votre médecin et expliquez lui votre problème, quelque soit le sujet ! 

Donnez des détails. Quand les troubles sont ils apparus et à quelle fréquence ? Plus vous communiquerez d’informations, plus votre traitement sera approprié à soulager vos problèmes de sommeil.

Concernant la consommation de ce type de médicaments, pensez à poser entre autres les questions suivantes à votre médecin :

  1. Quels sont les facteurs indésirables qui pourraient être à l'origine de mes problèmes de sommeil ? Comme le stress, l’alimentation, le sport, un mauvais environnement de sommeil...
  2. Quels types de médicaments seraient sans danger pour moi ?
  3. A quel moment dois-je prendre mon comprimé, à quelle heure ?
  4. Comment le consommer ? Entier ou dilué dans de l'eau.  Avant, pendant ou après le repas du soir ?
  5. Y a-t-il des choses que je devrai éviter de faire après la prise du médicament ?
  6. Combien de temps dure le traitement ?
  7. Existe t’il des alternatives plus abordables et moins dangereuses ?
  8. Quels effets secondaires peuvent ils provoquer ?
  9. Y a t’il des aliments ou des substances que je dois bannir lorsque je prends des gélules pour dormir ? Alcool, stupéfiants ?

Les somnifères et l’alcool 

L’alcool est nocif pour le corps, vous le saviez déjà ! Il affecte beaucoup d’organes et peut entraîner de nombreux problèmes et maladies chroniques y compris des cancers.

Maintenant imaginez y rajouter des somnifères présentant, déjà à eux seuls, des risques de somnolence, étourdissement voir même difficultés respiratoires, incohérence, pertes de mémoire, etc.

Les risques de problème de santé sont encore plus nombreux lorsque l’alcool est associé aux somnifères. La dangerosité réside dans l'augmentation de l'action sédative du somnifère (la somnolence est amplifiée) ou dans la montée en ivresse rapide présentant à maxima un risque d'overdose et à minima, un risque de dépendance...

Les somnifères, ça fonctionne vraiment ?

Oui ! Les somnifères fonctionnent ! Enfin techniquement oui. 

En clair, ces médicaments s’attaquent aux symptômes de l’insomnie, mais ils n'en soignent pas la cause. 

Les somnifères vous plongent dans un sommeil artificiel, en  bloquant l'activité des neurones productifs durant l'éveil.

Ils ne font pas dormir mais inhibent la mécanique qui maintient éveillé, privilégiant la durée à la qualité du sommeil. Ils agissent en quelque sorte comme un de simulateur de sommeil. 

Ils vont diminuer la quantité de sommeil profond, considéré comme le plus réparateur. 

Or c'est ce sommeil profond réparateur, oublié des hypnotiques, qui procure ce sentiment de bien dormir, essentiel pour une bonne qualité de vie.

Par thérapie, soigner de l’insomnie chronique nécessite un réel travail approfondi sur nos habitudes pour retrouver un sommeil réparateur. Le domaine médical, reconnaît l’efficacité des thérapies cognitives-comportementales pour traiter l’insomnie à la place des somnifères. 

Le bon compromis ? Comment le diffuseur de plantes à la mélatonine peut vous aider ?

Composé seulement de Lavande pour vous détendre, de Camomille pour vous relaxer et de Mélatonine végétale pour vous abandonner dans les bras de Morphée et bien dormir.

Conçu sous forme inhalable, le diffuseur à base de plantes naturelles à la mélatonine vous aide à dormir plus rapidement et paisiblement en vous guérissant des réveils nocturnes. Vous redécouvrez cette sensation de bien-être au réveil...

Si vous êtes intéressé par le diffuseur, Cliquer ICI

 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés